Vendredi 17 Novembre 2017

La mémoire de Jean Zay, un trésor à transmettre aux lycéens

« Les élèves auront besoin de comprendre le monde où ils seront appelés à vivre... Mais Descartes et Montaigne suffiront-ils à les armer ? »

Ces instructions, destinées aux maîtres, sous la plus du ministre de l'Éducation Nationales Jean Zay, sont autant de réflexions prophétiques.

   

Le 17 novembre, la Première S3 les fait siennes, à l'issue de la riche rencontre avec Mme Hélène Mouchard-Zay, préparée et organisée par Mme Blet, professeure d'Histoire-Géographie.

Avec Mme Hélène Mouchard-Zay, l'Histoire s'anime.

Le Front Populaire empreint de la liesse des premiers congés payés et du temps libre pour les loisirs, irradié par les espoirs d'une culture accessible à tous et la volonté d'une transformation de l'école, se déploie devant nous.

N'occultons pas, cependant, les ombres mortifères planant sur ces années, tels de sinistres vautours !

La montée en puissance des Ligues d'extrême droite distille insidieusement le poison de la xénophobie ; la violence de l'antisémitisme avec son cortège d'attaques haineuses gagne du terrain.

Dans ce contexte agité qui est véritablement Jean Zay ?

Jean Zay, brillant homme politique, farouchement résolu à instaurer plus de justice sociale, est nommé ministre, très jeune. Dans ses fonctions élevées, il a à son actif de multiples initiatives novatrices, éducatives et culturelles, souvent encore méconnues.

Cet homme de culture, excellent orateur, amoureux des humanités, doué pour l'écriture, connaît, le 4 octobre 1940, une parodie de procès, assortie d'une condamnation injuste.

Jean Zay est contraint alors de traverser avec une grande force d'âme une douloureuse et longue expérience carcérale.

Mme Hélène Mouchard-Zay évoque, avec une grande retenue, des flashs de sa toute petite enfance, empruntés à cette période difficile et épouvante.

Livré à la milice, Jean Zay, « martyr de la République » est assassiné le 20 juin 1944.

Mme Hélène Mouchard-Zay, engagée dans les combats politiques, conserve de son métier d'enseignante, exercé passionnément, une grande proximité avec les jeunes et elle les invite à transmettre la mémoire de Jean Zay.

La visite programmée de la Première S23 au Panthéon avec des professeurs d'Histoire-Géographie pour rendre hommage à cet ardent Républicain, Jean Zay, n'est-elle pas une étape essentielle dan leur cheminement ?

En écho, écoutons la voix de Jean Zay citant une lettre de Van Gogh à son frère Théo :

« Ne crois pas que les morts soient morts

Tant qu'il y aura des vivants

Les morts vivront, les morts vivront. »

Souvenir et Solitude

Calendrier 2017-2018

Retrouver le calendrier scolaire avec les dates importantes.

Télécharger le document

 

Philomania

Le Café Philo

2017-2018

 

Prochaine activité le :

Mardi 13 février 2018

Joomla templates by Joomlashine